Cahier SdB 2020Tendances  2020 : une année placée sous le signe de l’hygiène et de la sécurité
Parce qu’ils associent l’esthétique à la technique, les produits de la salle de bains doivent être vus et touchés, voire essayés. Cette année 2020 ne l’aura pas permis. Pour autant, les nouveautés sont au rendez-vous. En voici quelques-unes…

2020, une année blanche ? Du salon du Bain de Milan au Cersaie de Bologne, d’Equip’Hôtel à Artibat…, aucun salon professionnel n’a pu se dérouler durant cette singulière année. Mais ce n’est pas parce que les nouveautés produits n’ont pas été exposées qu’elles n’existent pas. Ce numéro spécial salle de bains le prouve. Malgré tout, ce n’est qu’en s’immergeant dans ces lieux où sont réunis les grands fabricants de la salle de bains que l’on arrive à percevoir les tendances, qu’elles soient techniques ou esthétiques. Privés de cette visibilité globale, nous sommes bien en peine de dessiner celles du marché 2021 de la salle de bains et du sanitaire.

Le Coronavirus a boosté le sans contact
Mais une chose est sûre. Le coronavirus a profondément modifié notre perception de l’hygiène et a inscrit les fameux gestes barrières dans l’inconscient collectif. Si, selon une étude* effectuée par l’Ifop pour Unbottled, site de vente en ligne de produits d’hygiène solides, la pratique du lavage des mains a reculé depuis cet été, elle reste très supérieure à celle d’avant le confinement. En gros, 65 à 75 % des Français et des Françaises (surtout) se lavent les mains après avoir pris les transports en commun, en rentrant chez eux, après être allés aux toilettes… Ces nouvelles habitudes, ainsi que celle qui consiste à se désinfecter les mains à l’aide de gel hydroalcoolique après avoir touché des surfaces susceptibles d’être infectées, sont bien ancrées chez la plupart d’entre nous. La robinetterie, mais aussi les distributeurs de savon et de gel hydroalcoolique, ainsi que les sèche-mains sans contact ne sont plus des produits réservés aux sanitaires publics haut de gamme, mais des produits de consommation courante. Chacun d’entre nous répugnant désormais à toucher la moindre surface susceptible d’être infectée, même les WC dont la chasse peut être déclenchée sans contact voient leurs ventes s’envoler.
Ces nouvelles habitudes vont forcément impacter les consommations d’eau dans les sanitaires publics, notamment quand ils sont équipés de mitigeurs mécaniques classiques. Et ces consommations seront d’autant plus grandes que les utilisateurs respecteront les 30 secondes de savonnage recommandées pour éliminer le coronavirus de la surface de la peau. Dans le secteur tertiaire, les établissements scolaires, les bars et restaurants… les robinetteries temporisées ou, mieux, électroniques, doivent désormais être envisagées non pas comme une dépense supplémentaire mais comme un investissement susceptible d’être rapidement rentabilisé.
Delabie a d’ailleurs fait les comptes : mouiller ses mains, les savonner durant 30 secondes, puis les rincer, peut engendrer, si le robinet n’est pas fermé, un écoulement d’eau de 40 à 50 secondes, contre 30 auparavant. Pire, si l’on fait l’hypothèse que les lavages des mains sont plus fréquents, une personne peut consommer jusqu’à 60 litres par jour.
Indépendamment des consommations d’eau, nombre d’entreprises, collectivités locales et autres entités accueillant du public, cherchent donc à le protéger en équipant leurs sanitaires de robinets sans contact. C’est pourquoi Presto a décidé de lancer une robinetterie électronique de qualité mais à petit prix qui, de plus, ajoute l’hygiène des réseaux à celle des mains, grâce à des rinçages périodiques programmables.
Dans la même lignée, Supratech, spécialiste des automatismes dans le sanitaire, en profite pour relancer son WC Hygiseat qui, mis sur le marché il y a de nombreuses années, n’a jamais cessé d’être vendu mais redevient franchement tendance, avec son siège désinfecté et séché après chaque utilisation, et sa chasse déclenchable automatiquement.
Même VitrA propose, intégrées dans sa nouvelle gamme de sanitaires sento Kids destinés aux plus petits, des robinetteries sans contact. Au-delà, cette gamme s’attache, à travers certains détails de conception, à faciliter l’apprentissage de l’hygiène pour les enfants, grâce à l’étude minutieuse de leurs faits et gestes aux toilettes.

Action Logement booste la sécurité dans la salle de bains
Autre marché en train d’évoluer : celui de la sécurité. Le milliard d’euros qu’Action Logement a mis sur la table pour faciliter les travaux destinés à l’accessibilité des salles de bains des foyers à revenus modestes, afin de permettre le maintien à domicile des personnes âgées, contribuent fortement à son développement, même si le coronavirus l’a freiné en début d’année. Il y a la douche de plain-pied, mais aussi les diverses barres de maintien et barres de relevage nécessaires à la sécurité, jusque dans les toilettes.
Ainsi, Normbau a créé une nouvelle gamme, Verso Care, qui associe une pose simplifiée, grâce à des fixations monopoints, et une esthétique renouvelée, avec des lignes redessinées et de nouvelles couleurs, très actuelles. Elle se combine également avec les accessoires de la marque.
Autre spécialiste de la sécurité, le français Pellet ASC, propose lui aussi une gamme de barres multifonctions, qui viennent prolonger sa collection phare Arsis avec des accessoires, dans une optique multifonctionnelle qui limite les perçages.  

La douche, toujours au cœur de la salle de bains
La douche a été, selon l’Afisb, association des industriels de la salle de bains, le marché de la salle de bains le plus dynamique de l’année 2019. Les ventes de receveurs ont notamment augmenté de 4,8 % en volume comme en valeur, y compris les modèles en céramique, qui représentent un peu moins de la moitié du parc, dont les ventes sont en hausse de +6 %, contre +7,2 % pour les matériaux de synthèse. De même pour les parois, également bien orientées, avec une croissance des ventes de +5,2 % en volume et de +4,5 % en valeur.
Sur ce marché qui continue de progresser, pas systématiquement au détriment de la baignoire d’ailleurs, les fabricants poursuivent leur développement de produits destinés à faciliter la pose, en particulier encastrée qui, fréquemment demandée par les particuliers, est loin d’être toujours possible dans l’existant.
Avec Jackoboard Aqua reno, Jackon propose une solution technique susceptible d’élargir le champ des possibles. Ce receveur prêt à carreler mesure 65 mm de hauteur, y compris le siphon intégré dans l’épaisseur de la mousse rigide de polystyrène extrudé. Ainsi, par rapport à un receveur classique, on gagne jusqu’à 40 mm de hauteur selon le fabricant, qui souligne qu’en France, les chapes mesurant, dans l’existant, 70 mm la plupart du temps, la douche réalisée peut être de plain-pied avec ce receveur.
Pour SFA, qui simplifie la création de salles de bains, y compris de douche à l’italienne, et de toilettes, indépendamment de la distance jusqu’à la colonne de chute des eaux usées et/ou des eaux vannes, les derniers développements ont concerné la facilité de pose et de maintenance, qu’il s’agisse des pompes Sanidouche et Sanifloor+, des Sanibroyeurs ou des (petites) stations de relevage.
Les douches encastrées sont également le point fort de Bette, spécialiste de l’acier titane vitrifié qui, avec ses supports et accessoires pour receveurs (et baignoires), en facilite la pose. Mais l’esthétique, apportée par le matériau, n’est pas en reste, avec des designs particulièrement épurés, ainsi qu’une large gamme de coloris.
Avec la nouvelle rigole de douche Advantix Cleviva, l’esthétique est aussi au rendez-vous chez Viega, grâce à de nouvelles finitions, à coordonner avec celle de la robinetterie ou avec tout autre élément de la salle de bains, grâce à la possibilité de coloris spéciaux.
Même souci du design chez Geberit, qui propose de nouvelles plaques de commande de chasse Sigma, mise en valeur par des matériaux haut de gamme. Elles équipent les bâti-supports Duofix, qui évoluent vers un système d’installation de la salle de bains, permettant de créer des cloisons à hauteur totale ou partielle. Dans le cadre d’un WC suspendu, la solution autorise l’utilisation d’un bâti-support en applique : la nature du sol n’est donc plus un problème.

Marianne Tournier

* Etude réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 7 octobre 2020 auprès d’un échantillon de 1 014 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine)

Les lauréats de la Salle de bains Remarquable 2020
Le palmarès 2020 des Produits remarquables de la salle de bains, organisé par l’Afisb en partenariat avec les différents syndicats de fabricants actifs sur le secteur du sanitaire – y compris pour la première fois cette année celui du luminaire – a mis en avant des nouveautés aussi bien techniques qu’esthétiques. Citons notamment des produits développés conjointement par plusieurs fabricants : c’est le cas du radiateur Zenia d’Acova, que l’on peut ou pas associer à une armoire issue de la collection Sana de Burgbad, mais aussi des cloisons modulaires Wedi, qui prévoient un boîtier pour robinetteries encastrées prémonté, dont les alimentations en eau et en électricité de la marque Hansgrohe notamment. Notons encore le mitigeur bain douche thermostatique Métro de Jacob Delafon, qui supprime le bec toujours encombrant dans la baignoire, voire dangereux. Enfin, la vasque à poser Ohtake de Roca en céramique ultrafine, dessine une jolie forme de coquillage.

 

Feuilleter Cahier spécial - Salle de bains 2020

Télécharger le pdf complet

Copyright 2013 - FilièrePro, le magazine des professionnels du génie climatique, aéraulique et sanitaire - Tous droits réservés.